De Garry Keane

This is a Quiet Love

Image du film This is a Quiet Love - FIFDH 2024

Seán, boxeur malentendant, doit décider s’il veut se faire retirer son implant cochléaire pour poursuivre son rêve de boxeur professionnel, même si cela signifie qu’il ne pourra plus jamais entendre la voix de sa compagne ou de son enfant. Un couple de malentendant·es de religion mixte, tombé amoureux pendant le conflit en Irlande du Nord, reflète une communauté restée unie au milieu de tant de divisions, en raison d’une langue et d’une culture partagées qui transcendent les différences religieuses. Kathy et Michelle, un couple LGBTQIA+, pensaient que leur parcours de fécondation in vitro serait le chemin le plus difficile qu’’iels parcouraient ensemble, mais planifier l’avenir de leur fille malentendante sera la plus grande épreuve de leur relation. Amy et Kevin entament un nouveau chapitre avec l’arrivée de leur premier enfant. Amy choisit de laisser derrière elle son monde d’entendant·es pour élever son fils entendant dans l’environnement en langue des signes de Kevin, le père de l’enfant. Produite par une équipe mixte de sourd·es et d’entendant·es, cette mosaïque d’expériences est magnifiquement entrelacée par le réalisateur Garry Keane, nominé à Sundance et sélectionné aux Oscars.

Pays : Irlande, Royaume-Uni
Langues originales : langue des signes, anglais
Thématiques spécifiques : Inequality, Inclusion
Réalisation
Garry Keane (Irlande)
Production
Anne Heffernan (Irlande)
Sean Herlihy (Irlande)
Curious North Productions Ltd.
Durée
90'
Statut de production
Dernière phase de développement
Finalisé en
Septembre 2024
Impact Statement
This is a Quiet Love aims to transform misconceptions about the Deaf community by authentically representing their experiences, while supporting training and employment for Deaf filmmakers. Allowing audiences a rare window into this largely hidden community can foster empathy, understanding and generate critical discussion around the message that societal barriers and attitudes create more challenges for Deaf people than their physical deafness. Deaf communities, even in many first world countries, have not had their sign languages officially recognised, meaning there is no legal requirement to ensure access to education, healthcare, the legal system or employment in sign language. This inequality is exacerbated by the lack of representation of Deaf people in the media, while Deaf filmmakers continue to be excluded from our industry.