Voies Libres

A l’origine une histoire personnelle, un parcours intime indissociable d’un engagement manifestement politique… elles sont réalisatrices, parfois malgré elles. Leur chair et leur conscience sont marquées d’une mémoire qui n’est pas uniquement la leur et qui raisonne de façon singulière en chacun·e de nous. Voies Libres explore comment le fait de projeter sa propre voix peut contribuer à questionner et ouvrir de nouvelles voies collectives.

Voies Libres est un podcast produit par RTS Genève Vision et le FIFDH.
Entretiens et réalisation : Laura Cazador

Episode 1 • Prune Nourry

Réalisé par Genève Vision, autour du film Serendipity

Prune Nourry découvre en 2019 qu’elle souffre d’un cancer du sein. L’artiste française, établie à New York, décide d’affronter la maladie caméra au poing. Il en résulte le documentaire Serendipity. De cet affrontement avec la maladie est né un projet artistique.

S’entrelacent alors l’intime et l’universel, son œuvre et sa maladie, pour entonner un hymne à la vie, avant le chant de la victoire.

 


Episode 2 • Rachel M'Bon

Réalisé par Genève Vision, autour du film Je suis noires

Je suis noires, avec un s voulu et déterminé. Rachel M’Bon titre ainsi son film qui est présenté au FIFDH. La journaliste et militante est allée à la rencontre de femmes noires en Suisse, recueillant leurs expériences, attentive à ce qu’elles vivent au quotidien, dans un  pays que l’on dit et croit tolérant.

Ce n’est pas si évident. « Le film a été douloureux parfois, dit-elle, mais aussi cathartique, et politique, la société n’est pas prête à accepter la vulnérabilité ». Rachel M’Bon espère que le film va contribuer à créer de nouveau narratifs noirs.

 


Episode 3 • Carole Filiu

Réalisé par Genève Vision, autour du film Ne nous racontez plus d'histoires

Carole Filiu, la guerre franco-algérienne à deux

Carole Filiu, fille d’un pied noir, aime un homme dont la famille était proche du FLN et dont plusieurs membres ont été assassinés. Ensemble, ils partent à la recherche du passé pour déconstruire les clichés et les cadres officiels dont ils ont été pétris pendant leur enfance. Ne nous racontez plus d'histoires, concluent-ils.

 


Episode 4 • Anaïs Taracena

Réalisé par Genève Vision, autour du film El silencio del topo.

Anaïs Taracena, la recherche de la mémoire du Guatemala

Franco-guatemaltèque, Anaïs Taracena retrace dans le documentaire El silencio del topo l’histoire fragmentée d'une des guerres civiles les plus sanglantes d'Amérique centrale, dont elle porte en elle la mémoire. Face à des archives inexistantes ou inaccessibles, elle cherche ce passé silencié à travers des témoignages.

 


Episode 5 • Aïssa Maïga

Réalisé par Genève Vision, autour du film Marcher sur l'eau.

La réalisatrice et actrice française Aïssa Maïga raconte comment elle est passée derrière la caméra pour s'emparer de thèmes qui résonnaient en elle comme le racisme, le féminisme et le changement climatique en Afrique avec Marcher sur l'eau. Elle raconte aussi l'héritage politique transmis par son père, panafricaniste proche de Thomas Sankara.

 


Episode 6 • Claire Doyon

Réalisé par Genève Vision, autour du film Pénélope mon amour.

Avec Pénélope mon amour, la réalisatrice française Claire Doyon raconte l'autisme de sa fille et dresse un autoportrait d'une mère prête à tout pour "sauver" sa progéniture. Pendant vingt ans, elle a accumulé des images familiales qu'elle se réapproprie dans un geste artistique et d’introspection.