Le Festival dédie son édition 2021 à Soltan Achilova

Photojournaliste, Soltan Achilova rapporte les atteintes systématiques aux droits humains au Turkménistan.

Dessin : © Iris Petit


La 19e édition du FIFDH est dédiée à Soltan Achilova, photojournaliste et reporter indépendante basée à Achgabat, capitale du Turkménistan. En tant que journaliste et militante dans l’un des pays les plus fermés du monde, elle est l’une des rares reporters turkmènes à travailler ouvertement avec des médias indépendants basés à l’étranger – Radio Azatlyk, Chronicles of Turkmenistan, Free Europe – s’exposant ainsi à la répression d’un gouvernement qui ne tolère aucune voix dissidente.

Au Turkménistan, la liberté de la presse est quasi-inexistante. Les journalistes sont muselé·es, les médias indépendants interdits et le réseau internet censuré. Soumise à une interdiction de sortir du pays, à des détentions régulières et des agressions physiques constantes, le gouvernement turkmène tente par tous les moyens de réduire la photojournaliste au silence.

Malgré les nombreuses menaces et intimidations, Soltan Achilova rapporte depuis plus d’une décennie les atteintes systématiques aux droits humains et documente le quotidien des citoyen·nes turkmènes : système de santé défaillant, pénurie d'eau, expulsions forcées... Nommée au prestigieux prix Martin Ennals 2021, remis le 11 février dernier à Genève, le Festival lui dédie cette 19e édition.

 

Pour aller plus loin