Lancement du "Private Security Network"

Un réseau de journalistes d'investigation est lancé dans le cadre du FIFDH pour enquêter sur la privatisation de la sécurité et des prisons.

Dans le cadre de la 18e édition du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), les réalisatrices Femke et Ilse van Velzen, ainsi que la journaliste Ruth Hopkins, ont lancé vendredi 6 mars le Private Security Network, un réseau international de 33 journalistes d'investigation de 20 pays.

Ce réseau est lié au film documentaire Prison for Profit, de Femke et Ilse van Velzen, et au livre Misery Merchants de Ruth Hopkins, dont il est l'émanation. Pendant des mois, les journalistes de ce réseau ont enquêté sur les activités de G4S dans leur pays.

> Suivez en livestream le débat "Des profits plutôt que des droits : la privatisation des prisons" samedi 7 mars à 14h. Plus d'infos

 

Lors d'une rencontre avec la presse à Genève, Ruth Hopkins, Felke et Ilse van Velzen ont déclaré : « Nous avons décidé de lancer le réseau à Genève en raison de son statut de capitale mondiale des Droits de l'Homme ». Elles y ont présenté leur documentaire Prison for Profit, le livre de Ruth Hopkins Misery Merchants et le site web du réseau de sécurité privée, privatesecurity.network, qui accueillera les enquêtes publiées jusqu'à présent.

Agnès Callamard, experte française des droits humains et Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires au Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH), présente à l'événement, a rappelé que son prédécesseur avait critiqué à plusieurs reprises l'industrie de la sécurité privée, appelant à « un contrôle et une responsabilisation accrue de l'usage de la force par les prestataires de sécurité privée dans les activités de maintien de l'ordre ».

Ruth Hopkins a enquêté sur le fonctionnement de la multinationale G4S dans les prisons du monde entier: « La société gère des prisons en Afrique du Sud, au Royaume-Uni et en Australie. Dans d'autres pays, tels que les Pays-Bas, elle a des contrats pour fournir des services dans des prisons semi-privatisées ».

Dans leur documentaire Prison for Profit, les deux cinéastes et Ruth Hopkins plongent dans la violente prison privée de Mangaung en Afrique du Sud et exposent le système de maximisation des profits de G4S, le fonctionnement de cette multinationale et les conséquences pour la société.

Le réseau international de journalistes d'investigation lancé à Genève « vise à mettre au jour les modèles de G4S en matière de responsabilité et d'obligation de rendre compte des violations des droits de l'homme et à faire la lumière sur la manière dont G4S tire profit de ses services de sécurité privés alors qu'il existe des preuves de mauvais traitements graves à l'encontre des personnes placées sous leur garde ou employées par eux ».

 

Revoir la conférence de presse