Forum

Des profits plutôt que des droits : la privatisation des prisons

Partout dans le monde, des fonctions régaliennes telles que la détention sont progressivement sous-traitées à des compagnies privées. Que reste-il des droits des détenu·es lorsqu’une prison devient un objet de profit ?

Discussion à suivre en livestream sur fifdh.org

En 2001 s’ouvre le premier établissement pénitentiaire privé d’Afrique du Sud : la prison de Mangaung. Son exploitant, la société de sécurité britannique G4S, qui pèse plusieurs milliards de dollars, promet d’excellentes infrastructures et un traitement humain irréprochable pour près de 3’000 détenu·es. Cette alléchante promesse fut toutefois rapidement remise en question. Gardiens sous-payés, violence excessive, mauvais traitements, tortures, négligences, tel s’est avéré être le quotidien des détenu·es devenus des sources de revenus dans les structures gérées par cette entreprise. Que signifie la marchandisation et la privatisation de certains domaines régaliens pour l’ensemble de la société ? Et comment mettre G4S, troisième employeur privé au monde, face à ses responsabilités ?

Basé sur le témoignage des détenus et gardiens de Mangaung, Prison for Profit suit le travail de la journaliste d’investigation Ruth Hopkins sur l’entreprise G4S en Afrique du Sud et dans le monde.

AfriqueJournalistesJustice

samedi 7 mars

14h30

Espace Pitoëff - Grande salle

livestream on fifdh.org

Co-présenté avec l'Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT)

Intervenant.e.s

Agnes Callamard Rapporteuse spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires et Directrice de "Freedom of Expression" à l'Université Columbia

Ruth Hopkins Journaliste d'investigation

Abdul Aziz Muhamat Activiste pour les réfugié·es et lauréat du Prix Martin Ennals 2019.

Femke Van Velzen Co-réalisatrice de Prison For Profit

Modération par

Luc Hermann Journaliste et producteur

Compétition - Grand reportage

Prison for Profit

de Femke Van Velzen

La prison privée de Mangaung ouvre ses portes en 2001 en Afrique du Sud. Son exploitant,  l’entreprise de sécurité G4S, promet un traitement de pointe pour les 3 000 prisonniers - naturellement, au coût le plus bas. Mais une fois à l’épreuve des actionnaires de G4S qui attendent un retour sur investissement, la réalité est toute autre : la prison sombre peu à peu et devient bien plus chère que lorsqu’elle était gérée par l’État. G4S, qui opère dans 90 pays, est le 3ème employeur privé mondial, et ce documentaire redoutable révèle les dessous d’une économie mondiale malade. 

  • Section : Compétition - Grand reportage
  • Langue(s) originale(s) : Afrikaans & Anglais
  • Sous-titrage(s) : Anglais & Français

AfriqueJournalistesJustice


Réalisation

Femke Van Velzen

Producteurs

  • Ilse & Femke Van Velzen

World sales

  • Java Films

Durée

83'

Année

2019

Pays de production

Pays-Bas


A découvrir également